Ils avaient revêtu leurs plus belles peaux de lièvre pour assister à la révolution. Il y eut d’abord une brève incantation propitiatoire à l’adresse des dieux et des esprits des Anciens, voyance gratuite, psalmodiée par le sorcier du village sur un fond de tam-tams. Puis les scientifiques amassèrent au centre de l’arène un tas de feuilles mortes et de brindilles sèches, qu’ils délimitèrent au moyen de grosses pierres.